Célébrer et agir avec d'autres pour témoigner de l'Evangile
Célébrer et agir avec d'autres pour témoigner de l'Evangile

Propositions de textes partages

Votre texte peut être publié, merci de le transmettre au pasteur

Ils sont classés de haut en bas, du plus récent au plus ancien.

Prière à l’occasion du Vendredi Saint 10 avril 2020

 

Dieu notre Père, nous ne pouvons pas nous réunir à l’église aujourd’hui, mais tu nous offres de vivre dans la communion de la Foi, par la prière, qui nous unit les uns aux autres, et tous ensemble à toi. Nous t’en rendons grâce.

Dieu notre Père, en ce jour où nous célébrons le mystère de ta mort sur la croix, nous nous rappelons la fragilité de notre propre vie. La maladie qui a touché tant de gens dans le monde, dans notre entourage, et dans notre famille nous rend humble face au mystère de la vie. Nous t’en rendons grâce.

Dieu notre Père, nous te confions tous ceux qui luttent contre la maladie, dans les hôpitaux et les services de santé, ainsi que tous ceux qui continuent de travailler pour que la vie durant ce temps de confinement nous soit rendue possible et un peu plus facile.

Dieu notre Père, nous te confions toutes les personnes qui durant ce temps de confinement souffrent tout particulièrement des tensions et des conflits qui enveniment leur existence. Ceux qui sont obligés de vivre dans des espaces réduits, ceux qui se voient séparés de leurs parents ou de leurs enfants. Ceux qui ne peuvent plus visiter leurs proches hospitalisés ou placés en institution.

Dieu notre Père, tu veux nous donner de mener une vie réconciliée avec nous-mêmes, avec les autres, et avec toi : que ton amour inonde chacun de nous pour transformer nos cœurs de pierre en cœur de chair. Que ton Esprit souffle sur notre vie, pour briser tous les murs de séparation et les obstacles qui nous empêchent de vivre en paix.

Dieu notre Père au cœur des déchirures, viens restaurer l’unité. Au cœur de cette crise, viens nous rappeler ta bonté. Au cœur des peurs et des craintes qui nous habitent en ce temps d’incertitude, viens nous redonner le calme et la confiance.

Dieu notre Père, depuis que cette crise a commencé, tu fais luire ton soleil, chaque jour de nouveau. Ta lumière nous rappelle ta fidélité. Que ce temps de confinement permette un retour de chacun sur lui-même. Que ta Parole de réconciliation s’inscrive dans nos cœurs ; Que ce retournement sur nous-mêmes nous donne l’opportunité de revenir vers toi, et de cultiver les relations les uns avec les autres avec bienveillance et gratitude.

 

C’est tous ensemble, dans la communion de l’Eglise qui traverse les temps et les lieux que nous nous adressons à toi en disant ensemble :

Notre Père…

*****************************************

Texte paru dans Dolisheim - infos du mois d'avril 2020

 

Du confinement de Carême au virus pascal.

Depuis le 17 mars à midi, nous vivons confinés chez nous. Ce confinement ressemble d’abord à un enfermement. Plus le droit de sortir. Plus le droit de circuler librement, sauf pour les choses urgentes et indispensables. En clair : cet enfermement a conduit à une réduction de notre espace de vie géographique. Notre espace de vie extérieur s’est trouvé subitement réduit aux dimensions de notre logement et, pour ceux qui en disposent, au jardin qui l’entoure. D’une certaine façon, notre monde est mort ce jour-là à tout ce qu’il était avant. Et nous-mêmes sommes passés d’une certaine façon de vivre vers une autre. Passage d’un monde vers un autre monde.

Paradoxalement, la réduction de cet espace géographique a pu nous conduire aussi à découvrir des espaces nouveaux : le monde numérique et le téléphone sont devenus des outils indispensables pour garder le contact les uns avec les autres. Des relations se sont développées, ou même intensifiées par le biais de ces canaux au cours des jours passés. Guidés par notre besoin de relations humaines, nous avons utilisé tous les moyens à notre disposition pour garder, entretenir et développer les contacts : des groupes « virtuels » sont nés, des plates-formes d’échanges sous toutes les formes voient le jour. La crise nous a permis de revenir à ce qui est vraiment essentiel : les relations humaines.

Mais qu’en est-il de l’impact du confinement sur la relation que nous entretenons avec nous-mêmes et avec Dieu? L’enfermement géographique nous renvoie d’abord à nos propres limites. Nous ne sommes rien sans les autres. Et notre vie est confrontée à sa fragilité. A l’intérieur de nous des émotions parfois difficiles à vivre font surface, liées soit à la colère, soit à la peur, soit à la tristesse. La peur de la souffrance et de la mort surgit, au contact des réalités difficiles que nous montrent les médias. Face à tout cela, comment parvenons-nous à puiser de nouvelles énergies pour affronter cette situation totalement inédite ? Comment cultivons-nous notre espace intérieur, pour y trouver les ressources dont nous avons besoin ?

La fête de Pâques nous invite à célébrer la victoire du Christ sur toutes les puissances de mort qui menacent notre vie. Dans l’Evangile, le récit de la  résurrection de Jésus ne commence pas par une fête, mais par un confinement. Peur, colère et tristesse habitent les disciples qui se sont enfermés dans une maison à Jérusalem. Mais au cœur de cet enfermement, ils ont été rejoints par l’Esprit Saint, sous forme d’un vent violent qui brise les portes closes et de langues de feu qui  touche chacun d’eux. Cet Esprit les remplit de forces nouvelles. Finalement, les disciples sortiront, et témoigneront de ce qui les a bouleversés, à la face du monde entier. Puisse cet Esprit venir aussi sur chacun de nous, pour nous remplir de vie et nous fortifier dans une espérance nouvelle, pour nous-mêmes et pour notre monde.

Michel Heinrich, pasteur

(paru dans Dorlisheim infos du mois d'avril 2020)

 

 

Psaume 139 actualisé par Jean Wendling ...Confiné!


Hello, c’est moi, le Seigneur ton Dieu, ton père dans les cieux !

 

Je te connais comme si je t’avais fait !

 

Je sais quand tu fatigues, quand tu es à bout, quand tu es instable ou en panique.

 

Je sais quand tu te lèves plein d’entrain, avec des projets fous, débordant d’imagination

 

Je sais aussi quand ton cœur est lourd, quand tu n’en peux plus, surchargé, anéanti.


Je sais ce qui te pèse et ce qui te donne des ailes.

 

Je suis là, pour toi, confiné avec toi… tu ne le savais pas ?

Je ne t’ai jamais abandonné.

 

Confiné, c’est l’occasion de te reposer, et de revoir ta vie, tes choix, tes priorités …

Confiné, parce que je veux parler à ton cœur…

apprends donc à écouter !


Trop souvent tu es en train de courir, je ne sais pas après quoi, comme si ta vie ne commençait que plus loin ???

 

La vie, c’est maintenant ! C’est aussi dans ton confinement.


La vie c’est ouvrir ton cœur, accueillir avec bienveillance, supporter en encourageant ceux qui t’entourent,

ceux qui te sont donnés.

 

La vie, ce n’est pas demain, mais maintenant.

Réalises-tu que je vis en toi ?


Réalises-tu que ma vie c’est aussi la tienne maintenant ?

 

Mes souffrances et ma victoire, mon pardon et ma gloire…

c’est aussi pour toi !

 

Ta vie, c’est mettre ta main dans la mienne, et aller de l’avant…

 

Jean Wendling, Wasselonne, lundi 30.03.2020

23/3/20: Rebecca et Sebastian Schmitt partagent avec nous ce texte tiré de la lettre de Paul aux Philippiens 4, 6-7:


Ne vous inquiétez de rien,
Mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières
et des supplications, avec des actions de grâce.
Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs
et vos pensées en Jésus-Christ.

Mot de la semaine (23/3/20)

"Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul. Si au contraire il meurt, il donne beaucoup de fruits". Jean 12.24

 

Histoire de petis pois...

qui donne du poids, et en même temps de la légèreté à notre temps de confinement:

 

C'est le printemps. Pour ceux qui ont la chance d'avoir un jardin, c'est une opportunité de pouvoir sortir un peu. Peut-être aussi  le moment d'aller semer. Encore faut-il disposer des graines nécessaires. L'autre jour, j'ai eu la chance de pouvoir acheter quelques graines de petits pois. Et cette année, j'aurai un plaisir tout particulier à pouvoir sortir dans le jardin pour les semer. En espérant que d'ici deux mois et demi, au moment de la récolte, le confinement ne sera plus qu'un mauvais souvenir.

 

Mais l'image de cette graine, qui doit mourir en terre, m'inspire aussi pour ma vie personnelle, et tout ce qui nous arrive collectivement en ce temps de confinement.

Nous voilà chacun, à la façon de la graine, confinés dans un monde fermé. En quelque sorte, nous sommes "enterrés vivants" dans notre maison, dans notre appartement. Durant ce temps d'enfermement, il y a en chacun de nous des forces contraires qui peuvent se mettre en oeuvre. Quand la graine est enterrée, elle voit sa carapace se ramollir et se fracturer sous l'effet de l'humidité dans le sol. La chaleur va permettre à des forces présentes en elle de se mettre à travailler. La coquille se fissure, des embryons de racines vont pouvoir se plonger dans la terre environnante et y puiser des ressources nouvelles qui vont aider la graine à se transformer, tandis qu'une tige fragile se dressera vers le haut, dans l'espoir de percer la terre. Tout ce processus de "mourir pour vivre", de mort et de résurrection est lié au confinement imposé à la graine.

La graine ne reste pas identique à elle-même durant le temps de confinement.

Elle se transforme. Elle doit mourir à elle-même pour donner vie à une autre réalité. Elle va devenir une plante, qui va fleurir, et porter du fruit et des graines à son tour.

Puisse ce temps de confinement qui nous est imposé aussi être pour nous l'occasion d'une "mort-renaissance". L'occasion de revenir aux valeurs fondamentales de la vie humaine, qui s'inscrit dans une succession de "morts-résurrections" symboliques.

Accepter de ne pas pouvoir faire tout ce que nous avions prévu au cours des prochaines semaines. Mourir au temps prévu pour mieux nous offrir au temps qui nous est offert, pour entrer autrement en dialogue avec nous-mêmes, avec les autres, avec Dieu.

A l'intérieur de chacun de nous, laissons agir les forces de vie présentes, pour qu'elles nous transforment, et nous aident à tendre vers un monde différent.

Quand viendra le temps où la tige percera le sol, les racines s'enfonceront aussi plus profondément dans le sol. L'enracinement permet toujours de se hisser vers le ciel. Traverser des épreuves nous donne des forces que nous n'avions pas soupçonnées.

Plongeons nos racines dans les promesses de vie que Dieu nous fait, et qui sont plus fortes que toutes les forces de mort.

Réjouissons-nous de chaque rayon de soleil qui réchauffe la terre de notre vie, et qui nous aide à grandir. Et nourrissons nous de la terre qui nous entoure pour fortifier et aider la plante de notre vie à grandir.

Michel Heinrich, pasteur

Temps

 

Nous ne sommes pas de ce temps
Chuchote le prophète
Nous ne sommes plus de ce temps
Murmure la grand mère
Nous ne sommes jamais de ce temps
Susurre l’incorporé de force
Nous ne sommes définitivement pas de ce temps
Mais à point nommé de l’absence et du vent

Liza Zver

 

Chaque jour

Chaque jour est un nouveau départ

que Dieu nous offre.

de tout coeur avec vous tous,

Fraternellement, Odette

 

Texte proposé par Thomas Ailleret dans son livre:Vivre en chrétien,quésaco?
 
  "Quand l'enfant a appris à demander pardon,à l'accorder,à partager,il va naturellement reproduire ces comportements à l'extérieur.
     Quand le mari a appris à repérer une période de stress chez son épouse et qu'il repère les mêmes comportements chez son collègues,il peut apprendre à réagir pour repêcher un collègue.
      L'amour appris en famille s'exporte,presque automatiquement,sans forcement avoir à faire d'effort..
      Ce qu'on apprend en famille se retrouve disponible pour la vie à l'extérieur...."

(Extrait d'un article du Journal "la vie" de la semaine 12, transmis par Marc Klutchko)

 

 

 

Comment nous joindre

Paroisse de Molsheim-Mutzig

Pasteur Michel Heinrich
26 rue des Vosges

67120 Molsheim

Tél. 03 88 38 11 44

michel.heinrich64@gmail.com

page facebook Molsheim

Pour toutes questions concernant la paroisse de Dorlisheim-Rosheim, vous pouvez contacter

Lauriane Haestie,

suffragante-pasteure.

Vous pouvez la joindre au:

06 25 25 81 23

Vous pouvez aussi vous adresser

à la présidente

du Conseil Presbytéral

Barbara Utsch

au 06 08 92 68 80

ou par mail: b.utschadam@free.fr

CELEBRER  - PRIER

Célébrations du 1er Dimanche de l'Avent

9h30 Molsheim

10h30 Mutzig

10h30 Dorlisheim

Le pasteur Heinrich, en collaboration avec Lauriane Haestie, suffragante, proposeront aussi un temps méditatif 

sur internet.

Toutes les réunions

en présentiel sont annulées.

 

Cultes d'adieu

Ils sont possibles à l'église de Molsheim ou Mutzig dans la limite de 30 personnes, et dans le respect des gestes barrières

invitation aux rencontres

plannings des activites

Rétrospective - photos

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Protestante